SELECTIONNER UN MODE DE PAIEMENT

Veuillez sélectionner un mode de paiement

Besoin d’aide ? Contactez-nous au 05 49 80 72 55
Identifiez-vous
× Nous n'avons pas pu vous identifier
× Un nouveau mot de passe vient de vous être envoyé par email

Mot de passe oublié ?


Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte LORICA

Mot de passe oublié

Retour au formulaire de connexion

Confort urinaire : optez pour la puissance des extraits végétaux !

Infections urinaires : les femmes en première ligne

Fréquentes, souvent invalidantes, récidivantes, telles sont les principales caractéristiques des infections urinaires qui affectent chaque année environ deux millions de femmes en France. C’est la deuxième cause de consultations médicales. Pour nombre de femmes, le calvaire recommence et revient sans cesse.

Il est vrai qu’en raison de leur anatomie, les femmes sont plus exposées que les hommes. La remontée des germes en provenance de la région péri-anale, la concavité du méat urinaire, l’urètre plus court facilitent l’entrée des bactéries dans la vessie. Les hommes d’âge mûr souffrant de la prostate sont aussi concernés.

Origine des infections urinaires

Les infections urinaires sont induites par la prolifération anormale de germes, bactéries mais aussi levures, champignons ou virus. Les bactéries responsables des cystites sont le plus souvent d’origine digestive. Le plus fréquemment, dans plus de 80 % des cas, on retrouve Escherichia coli mais Proteus mirabilis, Staphylococcus saprophytus, klebsellia et des streptocoques peuvent être impliqués.

Tout ce qui gêne la vidange de la vessie a des répercussions négatives, augmentant la rétention d’urines et la prolifération des bactéries. Les facteurs principaux prédisposant aux infections urinaires résident dans la qualité déséquilibrée de l’urine, la faiblesse de la paroi des voies urinaires et les défenses immunitaires fragilisées.

Comment l’organisme se protège naturellement

Normalement, l’urine est stérile. Elle contient naturellement des substances antiseptiques. Son acidité empêche la présence active des germes pathogènes, les colibacilles préférant un milieu alcalin. Il convient de boire une eau peu minéralisée, comme celles du Mont Roucous, de Montcalm ou de Volvic, et surtout pas de boisson gazeuse.

La paroi des voies urinaires offre une protection naturelle : le mucus, constitué de mucopolysaccharides, de globules blancs et de bactéries protectrices, permet d’empêcher les bactéries pathogènes de former un biofilm sur les parois et d’y adhérer.

L’organisme dispose naturellement de moyens face aux risques infectieux, mais ils ne fonctionnent pas toujours de façon optimale, notamment quand la qualité de l’urine change (par exemple trop de concentration) et lorsque l’élimination rénale des déchets s’effectue mal.

Une alimentation trop riche en viande augmente la concentration en ammoniac et n’est donc pas adaptée. Il convient aussi d’éviter le café, le thé, le vin blanc, les épices, les excès de sucre, boire en quantité suffisante, veiller à l’équilibre du microbiote intestinal et avoir naturellement une hygiène intime très attentive.

Confort urinaire et santé rénale

Les affections siégeant au niveau de l’arbre urinaire mettent avant tout en danger l’intégrité des reins.

Ainsi, la prévention des infections du bas appareil urinaire (vessie, urètre) participe à la protection des reins, organes indispensables à la vie. Ceux–ci filtrent le sang, maintiennent l’équilibre hydrique et l’homéostasie du corps, favorisent l’équilibre acido-basique et produisent des hormones. Ce capital rénal est si précieux que la médecine chinoise le met au cœur de l’énergie vitale : « nourrir son rein, c’est tonifier son Qi ». La première protection des reins, c’est donc de les mettre à l’abri des infections.

Les réponses du règne végétal aux bactéries pathogènes

Les plantes ont mis au point des molécules bioactives apportant des réponses biochimiques auxquelles les bactéries pathogènes ne peuvent s’adapter, malgré toutes les stratégies mises en place par celles-ci qui leur confèrent la désormais bien connue résistance aux antibiotiques.

Les extraits de plantes les plus efficaces

Les infections urinaires aigües sont souvent maîtrisées par un antibiotique, indispensable pour traiter l’infection et prévenir les complications au niveau rénal et il faut au moindre risque y recourir. Mais quand les gênes urinaires deviennent récidivantes, l’utilisation d’extraits végétaux actifs représente une alternative.

Le D-mannose issu du hêtre et du bouleau, apporté par UroPax®, détourne les germes contaminants des parois urinaires afin qu’ils soient éliminés durant la miction. Ce sucre, est directement utilisable par l’organisme qui en fabrique naturellement lui-même. Il est en particulier présent le long du tractus urinaire, notamment sur les parois de la vessie.

CranMax®, également présent dans UroPax®, contient le spectre complet des constituants actifs de la canneberge sous une forme biodisponible grâce à une technologie brevetée le protégeant de la dénaturation par les sécrétions gastriques.

Ellirose®, extrait d’hibiscus, réduit les manifestations urinaires récurrentes chez les femmes. Les vertus de l’hibiscus sont connues depuis l’Egypte ancienne. Il exerce une action sur le biofilm des bactéries et active l’élimination par la voie urinaire.

L’extrait de cannelle de Ceylan aide à entretenir le bon état du système uro-génital et potentialise les propriétés inhibitrices des extraits de canneberge et d’hibiscus.

La présence d’huile essentielle d’origan compact ajoute une note aromatique à cette puissance de feu végétale.

Afin d’augmenter le spectre d’action sur les muqueuses digestives et urinaires, toutes deux liées, MycoDelite®, réunit notamment de l’extrait de pépin de pamplemousse pour un bon équilibre microbien, de la propolis et des huiles essentielles respectant les muqueuses.

 

Devant un tel arsenal de substances naturelles actives, les germes indésirables ne résistent pas et se font plus discrets !

Achetez les compléments alimentaires Lorica

Préservez aussi l’équilibre de la microflore intestinale

La microflore de protection intestinale s’oppose à l’installation de germes pathogènes ou la prédominance des germes opportunistes comme Candida albicans. Il convient de veiller à l’équilibre de la microflore de protection intestinale (microbiote) et maîtriser la constipation car celle-ci facilite le passage des bactéries du système intestinal au système urinaire.
Selon le cas, il convient d’apporter des bactéries lactiques ou propioniques accompagnées de leurs facteurs métaboliques et stimulant l’immunité : comme le permettent ActiTransit®, Myriaflor® ou PropioForce®.

Découvrez des conseils adaptés à votre besoin en 3 clics

Je suis :



J'ai :

Je souhaite :