SELECTIONNER UN MODE DE PAIEMENT

Veuillez sélectionner un mode de paiement

Contactez-nous au 05 49 80 72 55
Votre compte
× Nous n'avons pas pu vous identifier
× Un nouveau mot de passe vient de vous être envoyé par email

Mot de passe oublié ?


Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte LORICA

Mot de passe oublié

Retour au formulaire de connexion

Dans nos pratiques professionnelles nous rencontrons très (trop ?) souvent des personnes qui manifestent des difficultés dans la gestion de leurs émotions, certaines d’entre elles connaissent des épisodes d’anxiété et de dépression.

Quelques définitions

femme-depression

Qu’est-ce qu’une émotion ?

C’est un phénomène rapide et bref, déclenché par un événement. On parle de réaction émotionnelle dont l'intensité va varier en fonction de chaque individu.
L’émotion est en général passagère et le sentiment, quant à lui, peut perdurer dans le temps.
Les émotions et leur gestion vont agir sur notre santé mentale et impacter notre vie quotidienne. Si elles sont mal accompagnées, des troubles anxieux, pouvant aller jusqu’à la dépression, peuvent apparaître.

Qu’est-ce que l’anxiété ?

L’anxiété est une émotion qui est souvent ressentie comme désagréable. Elle est marquée par l’anticipation de problèmes ou de dangers à venir. C’est une émotion normale qui permet de mettre en lumière des situations à risque ou d’éventuelles difficultés pour mieux s’y préparer.
Cependant présente de manière excessive, l’anxiété peut devenir pathologique et affecter la vie quotidienne de la personne qui en souffre au point de l’épuiser. On parle alors de trouble anxieux.
Mal accompagnée, l’anxiété pourrait évoluer en dépression.

Qu’est-ce que la dépression ?

L’OMS nous donne une définition assez précise : “La dépression constitue un trouble mental courant, caractérisé par la tristesse, la perte d'intérêt ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de faible estime de soi, des troubles du sommeil ou de l'appétit, d'une sensation de fatigue et d'un manque de concentration.”

La dépression touche n'importe qui, sans distinction d’âge, de sexe, de statut social, de niveau d’instruction, de nationalité ou d’origine ethnique.
La dépression est une maladie psychique qui touche principalement les femmes. Elle survient à tout âge mais est plus fréquente à l’âge adulte qu’enfant.
Le trouble dépressif est caractérisé par des rechutes que l’on retrouve chez 80% des sujets souffrant de dépression chronique.

L’origine de la dépression est plurifactorielle

Voici quelques facteurs de risque qui influencent la santé mentale et psychique :

  • L’alimentation qui va induire des déséquilibres, des carences, des surcharges
  • La pollution environnementale
  • Les perturbateurs endocriniens comme le BPA ou encore les phtalates
  • L’hérédité : un individu a deux à quatre fois plus de risques de présenter un trouble dépressif caractérisé au cours de sa vie lorsque l’un de ses parents a des antécédents de trouble dépressif
  • Des facteurs biologiques qui modifient l’équilibre chimique du cerveau et des changements dans l’équilibre de certains neurotransmetteurs ou de certaines hormones
  • Des caractéristiques liées au tempérament de la personne
  • Des maladies ou des problèmes de santé physique chroniques
  • La présence de facteurs de stress dans la vie de la personne
  • La dépendance et les addictions

Les signes et symptômes

Voici les signes et les symptômes physiques les plus fréquents :

  • Tremblements et sueur excessive
  • Tensions musculaires, douleurs thoraciques, sensations de palpitations, respiration bloquée
  • Fatigue, manque d’énergie, asthénie
  • Troubles du sommeil : la personne dort trop ou pas assez
  • Diminution ou augmentation de l’appétit, sans faire de régime restrictif ou particulier pouvant causer une perte ou un gain de poids
  • Consommation excessive d’excitants (café, tabac, soda, etc...)
  • Hygiène corporelle négligée
  • Douleurs récurrentes au ventre, à la tête (assez fréquent chez les enfants)

Voici les signes et symptômes psychologiques les plus fréquents :

  • Une humeur dépressive présente presque toute la journée ou une profonde détresse, de la tristesse et cela tous les jours
  • Un sentiment de dévalorisation ou de culpabilité
  • Une hypersensibilité marquée par une alternance de changement d’humeur : irritabilité, colère, agressivité, pleurs, crise de joie. Tout est exacerbé.
  • Une perte d’intérêt très marquée, un manque de motivation pour les activités habituelles perçues avant comme agréables
  • Des capacités très nettement diminuées à penser, se concentrer et à mémoriser. Même la prise de décision est compliquée
  • Des pensées suicidaires

Parmi les conséquences observées : la vie sociale, les relations amicales, professionnelles, familiales peuvent être difficiles et conflictuelles. La personne atteinte de troubles émotionnels ne se sent pas comprise et soutenue par son entourage.

La neuroscience au service de nos cerveaux

Les recherches en neuroscience viennent nous éclairer sur les mécanismes des émotions dans notre cerveau.
Alors que les précédentes études avaient conclu que le centre des émotions était situé dans une zone bien précise du cerveau : le système limbique, les travaux d’une équipe de chercheurs américaine ont montré en 2012 que chaque émotion active une multitude de régions cérébrales qui vont se trouver aussi bien dans le cerveau profond que dans le cortex. Dit autrement, il n’y a pas une zone spécifique dans le cerveau dédiée uniquement à telle ou telle émotion. Chaque émotion est créée par l’activation de différentes zones cérébrales et d’interconnexions très complexes.
On est au début de nouvelles recherches et il reste encore beaucoup à découvrir !

Image1
Les processus chimiques en jeu

Le traitement et la régulation des émotions vont être prises en charge à la fois par le système nerveux central et par le système nerveux autonome.
Toutes nos émotions sont le résultat d’un équilibre subtil et complexe de substances présentes, les neurotransmetteurs, qui interagissent dans différentes parties de notre cerveau.
Les neurotransmetteurs sont les messagers chimiques qui assurent la transmission d’une information d’un neurone à un autre par l’intermédiaire des synapses qui est l’espace situé entre les neurones.
Ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme et jouent un rôle majeur dans la communication entre le cerveau et le reste du corps.
Certains sont spécifiques pour la gestion des émotions :

  • La dopamine
    Elle est synthétisée par la tyrosine (acide aminé). Elle va être responsable de la régulation de notre humeur et de notre énergie. Elle intervient dans la motivation et l’envie de réaliser des projets.
  • La noradrénaline
    Elle est aussi synthétisée par la tyrosine (acide aminé). Elle joue un rôle important pour l’éveil, l'apprentissage, la mémoire, la concentration et le sommeil. Elle favorise l'excitation, la vigilance et l’estime de soi.
  • La sérotonine
    Elle est synthétisée à partir du tryptophane, acide aminé essentiel.
    La sérotonine a beaucoup de fonctions qui ne sont pas encore toutes bien comprises.
    Elle pourrait notamment agir comme un frein dans le système nerveux central en contrebalançant les effets de la dopamine.
    Elle stimule la mémoire, ou favorise le sommeil profond. On lui connaît des effets sur l’humeur, l’anxiété et la dépression.
  • Le GABA 
    Il est produit à partir d’un acide aminé :le glutamate.Elle est synthétisée à partir du tryptophane, acide aminé essentiel.
    Le GABA est connu pour son action apaisante. Il favorise notamment le calme, la relaxation et la mémorisation.

D’autres mécanismes en jeu

Le système nerveux et ses neurotransmetteurs ne sont pas les seuls acteurs principaux intervenant dans la régulation des émotions. Les recherches montrent aujourd’hui que le microbiote intestinal influence le fonctionnement du cerveau et influence l’émergence de pathologies psychiatriques, comme les troubles de l’humeur, la dépression ou l’autisme.

Les mécanismes du stress

stress

Le stress est naturel et physiologique. Il permet à l’organisme de mobiliser et utiliser l’énergie nécessaire pour s’adapter aux multiples situations de la vie quotidienne.
La capacité à s’adapter face aux différents types de stress varie considérablement d’une personne à l’autre.
Un stress aigu, pour un événement ponctuel, peut être bénéfique. Il permet la mise en action. Cependant lorsque les événements stressants sont trop fréquents et répétés, il peut devenir négatif et affecter la qualité de vie allant parfois jusqu’à atteindre le fonctionnement optimal de l’organisme. Le stress chronique s’installe accompagné de différents symptômes déclenchant des réactions isolées ou en chaîne, la réponse de l’organisme est alors inadaptée. Si cette réponse inadaptée perdure dans le temps, un trouble émotionnel peut s’installer comme l’anxiété, la dépression.

Hans Selye décrit dans ses travaux les mécanismes de ce qu’il nomme le “stress”.
D’un point de vue physiologique, la réponse au stress se déroule en 3 phases :

  1. La phase d’alarme. Accélération du rythme cardiaque, anxiété, respiration haute et courte, transpiration en sont les premiers signes. Il faut choisir : le combat ou la fuite.
    Il faut de l’énergie pour agir rapidement : l’organisme va sécréter l’adrénaline.
    Cette phase est marquée par une dépense importante en magnésium.
  2. La phase de résistance. Les éléments stressants sont toujours présents, on entre dans le stress chronique et l’organisme doit s’adapter à cet état de stress prolongé. La durée de cette phase est variable et est sous la dépendance de la capacité de résistance de chaque individu.
    Cette phase de résistance est marquée par un taux plus élevé de sérotonine qui a pour rôle d’adapter la réaction de notre corps.
    Les autres neurotransmetteurs comme la dopamine, l’adrénaline, le cortisol, sont à des taux normaux.
  3. La phase d’épuisement. L’organisme est totalement dépassé et débordé. Il ne parvient plus à s’adapter. Le stress chronique s’installe marqué par des dysfonctionnements physiques et psychiques entraînant un épuisement des réserves en minéraux, oligo-éléments et neurotransmetteurs avec un déséquilibre des sécrétions endocrines.
    Cette phase est marquée par une forte hausse du cortisol avec en parallèle une forte diminution de la sérotonine. La dopamine et l’adrénaline restent à des taux assez constants et physiologiques.
    La personne est épuisée, même les nuits de sommeil ne la rechargent pas.

En cas de stress chronique, on assiste à un déséquilibre de la perception et de l’évaluation de la menace au niveau de l’amygdale du cerveau lié aux neurotransmetteurs (GABA, sérotonine et dopamine). L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien provoque la sécrétion des hormones du stress (cortisol, adrénaline et noradrénaline).
On observe un dérèglement des transmissions neuronales, une sécrétion exagérée des hormones de stress, un épuisement du système nerveux central, une consommation importante de minéraux et de vitamines qui va entraîner une baisse de leur réserve et une fragilisation du système immunitaire.

 stress-chronique

Accompagnement et solutions naturelles

En naturopathie, nous ne pouvons pas prendre en charge les personnes connaissant un trouble dépressif. La naturopathie viendra en complément d’un accompagnement médical.
La personne souffrant de troubles émotionnels, d’anxiété ou de dépression a besoin d’une prise en charge globale. Nous pouvons utiliser plusieurs outils qui vont se compléter.

1er réflex : l’alimentation

En cas de troubles anxieux et dépressifs, l’alimentation peut souvent être anarchique et déséquilibrée. Une des priorités est de faire un bilan des prises alimentaires de la personne afin de l’aider à l’équilibrer en lui apportant tous les nutriments nécessaires au fonctionnement optimal de son système nerveux, en synthétisant et en régulant ses neurotransmetteurs par exemple.
En parallèle, on s’assurera du fonctionnement des intestins en limitant la perméabilité intestinale.
On proposera une alimentation vivante en choisissant des produits locaux, de saison, les moins transformés et raffinés possibles, tout en diminuant toutes les sources d’excitants qui vont stimuler le système nerveux autonome comme le sucre, l’alcool, le café, le thé, etc...

La micronutrition a toute sa place

Certains macro et micronutriments sont indispensables et vont jouer les rôles de cofacteurs à la synthèse et la régulation des neurotransmetteurs.

Les acides aminés

Certains acides aminés sont précurseurs des neurotransmetteurs comme la L-glutamine et la glycine, précurseur du GABA. La Tyrosine et la L-méthionine sont précurseurs de la dopamine, de la noradrénaline et de la sérotonine.
La taurine va favoriser l’entrée du magnésium dans les cellules.

Les acides gras

Les acides gras essentiels (DHA et EPA), grands antioxydants et anti-inflammatoires (également des neurones), sont indispensables pour accompagner ces périodes difficiles et aider le système nerveux à s’apaiser.

Les minéraux

En tête, le magnésium, minéral clé utilisé depuis longtemps dans la lutte contre l’anxiété et
le stress, il entre dans plus de 300 réactions biochimiques dans l’organisme et contribue à la transmission nerveuse et la relaxation musculaire après un temps de contraction. Très présent dans le cerveau, il va permettre un meilleur équilibre d'une part, des neurotransmetteurs comme le GABA, la noradrénaline et la dopamine et d'autre part, des hormones du stress comme le cortisol.
Le zinc, le cuivre, le chrome et le molybdène sont d’autres minéraux qui vont agir en tant que cofacteurs nécessaires aux réactions des fonctions cérébrales et neuronales. Le sélénium, grand antioxydant, permet de lutter contre le stress oxydatif généré par le stress chronique.

Les vitamines

Les vitamines du groupe B sont indispensables dans l’accompagnement du stress chronique. Elles aident à maintenir un apport en énergie et en nutriments, déficient en situation de stress. La vitamine B6 est magnésio-fixatrice, elle est donc nécessaire à l’assimilation et à l’homéostasie du magnésium.

Les plantes

Certaines plantes dites adaptogènes ont toute leur place. On peut citer la rhodiole, le ginseng, le safran, le millepertuis ou encore le ginkgo biloba. Ce dernier va agir comme un anxiolytique.

D’autres techniques

La méditation, la relaxation et la respiration peuvent, lorsqu’elles sont pratiquées régulièrement, diminuer la sensation de stress et d’anxiété. Elles améliorent les capacités de concentration et d’attention, favorisent l’endormissement et le repos.
La pratique d’une activité physique joue également un rôle important dans l’hygiène de vie quotidienne.

Je vous invite à visionner le replay du webinaire pour en savoir un peu plus sur ce sujet. 


MeL2Mélanie Landru
Naturopathe - diététicienne DE - consultante en lactation IBCLC
06 62 31 41 00 - melanie.landru@alaitsentiel.com

https://www.facebook.com/Alaitsentiel.allaitement.nutrition.naturopathie

https://www.instagram.com/alaitsentiel_/

 

Sources :

La dépression et l’anxiété.
https://www.euro.who.int/fr/health-topics/noncommunicable-diseases/mental-health/news/news/2012/10/depression-in-europe/depression-definition#:~:text=La%20d%C3%A9pression%20constitue%20un%20trouble,d'un%20manque%20de%20concentration.
Institut national de la santé et de la recherche médicale. Dépression. Site internet : Inserm. Paris ; 2019 (consulté le 22 juin 2020) : https://www.inserm.fr/dossier/depression/
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/depression-troubles-depressifs/comprendre-depression
https://www.sciencesetavenir.fr/sante-maladie/anxiete-definition-symptomes-traitements_104639
Mécanisme physiologiques et neurosciences
Principe d’anatomie et de physiologie. Tortora
2012 : The brain basis of emotion: a meta-analytic review
https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/existe-t-il-vraiment-un-siege-des-emotions-dans-le-cerveau-53072
http://www.frcneurodon.org/comprendre-le-cerveau/a-la-decouverte-du-cerveau/les-emotions/
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-dopamine-3263/
https://www.lanutrition.fr/outils/a-quoi-sert-la-dopamine-
https://www.passeportsante.net/fr/forme/bien-etre/Fiche.aspx?doc=dopamine-comment-fonctionne-hormone-bonheur
https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=neurotransmetteur-definition-role-fonctionnement#comment-corriger-les-carences-des-neurotransmetteurs-
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-noradrenaline-14324/
https://www.lanutrition.fr/outils/vos-questions-nos-reponses/a-quoi-sert-la-noradrenaline-
https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=serotonine-vraiment-hormone-bonheur
https://www.lanutrition.fr/bien-etre/a-quoi-sert-la-serotonine-
https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=gaba-bienfaits-neurotransmetteur
https://www.frcneurodon.org/comprendre-le-cerveau/a-la-decouverte-du-cerveau/le-microbiote/
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2211124720302734 : Changes in Gut Microbiota by Chronic Stress Impair the Efficacy of Fluoxetine
https://www.lepoint.fr/environnement/sante-un-lien-entre-pollution-depression-et-burn-out-01-10-2021-2445752_1927.php
Exuvie Editions. Le Jeûne : une thérapie des émotions ? ISBN-‎ 978-2491031046
Exuvie Editions. La respiration pour la maîtrise de soi. ISBN-‎ 978-2957577200

Images@AdobeStock

Ces articles pourraient vous intéresser

Découvrez des conseils adaptés à votre besoin en 3 clics

Je suis :



J'ai :

Je souhaite :